Logement et collectivité Réunion publique 9 mars

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Par Françoise Dumora

Avant de vous présenter les deux derniers points, je souhaite tout d’abord me présenter. J’ai 65 ans, je suis divorcée et mère de 2 enfants. Je suis retraitée depuis 1 an de la fonction publique territoriale au sein de laquelle j’avais un poste de directrice adjointe en charge de la formation. Ma famille maternelle est testerine : ma mère était professeur de lettres au lycée d’Arcachon puis au collège Henri Dheurle à La Teste, son père s’appelait Gilbert Sore.

Ces 2 derniers points de notre programme portent sur le logement et sur la place de la mairie dans le cadre de la transition écologique.

LE LOGEMENT

Dans le cadre des 2 dernières mandatures la municipalité s’est attachée à densifier le centre-ville.

Mais nous constatons tous à quel point il est très difficile pour des personnes à revenus modestes ou des jeunes de se loger à La Teste, parce que les terrains ont été vendus à des constructeurs  et des bailleurs privés qui eux-mêmes vendent et louent les appartements à des prix élevés.

Nous souhaitons y remédier.

Nous voulons également aider ceux qui cherchent à rendre leur  logement ancien moins dispendieux sur le plan énergétique. Et une attention particulière doit être donnée à ceux qui veulent préserver, restaurer, mettre en valeur le patrimoine  immobilier testerin.

 

Nous proposons ainsi :

  • La préemption des terrains à destination des bailleurs sociaux: il est important pour nous
    • de faciliter l’accession sociale à la propriété. Le logement social à La Teste est n’a pas atteint les 25% fixés par la loi Duflot en 2013 (sachant qu’une exigence de 20% antérieure avait été fixée par la loi il y a 20 ans) : elle se situe actuellement  entre 12% et 15%.
    • de retrouver la maîtrise du logement et des loyers actuellement détenue majoritairement par les constructeurs et les bailleurs privés. Nous souhaitons également favoriser la construction de petites résidences sociales et non de grands îlots.
  • la création d’un service d’aide à la rénovation énergétique:
    • ce service pourra informer, orienter et fournir l’aide administrative aux propriétaires concernés car se lancer dans la rénovation d’un logement pour le rendre moins énergivore est complexe car régi par de nombreux textes en évolution constante.
    • Pour l’habitat historique, le service pourra également apporter le même type d’aide en lien avec l’association de sauvegarde du patrimoine immobilier testerin.
  • La création et ouverture de logements d’urgences, qui pourrait être gérés par un accueil jour et nuit, réservés aux familles et personnes seules en difficultés, sans abri, et pour les femmes victimes de violence.
  • La création d’une résidence intergénérationnelle en cœur de ville : il s’agit là de proposer un nouveau type d’habitat de type T1 ou T2 pour personnes âgées et étudiants/jeunes
  • Toujours en cœur de ville, la mise en place d’une Maison des habitants, qui sera le 4ème espace du Centre social après ceux de la Règue verte, des Miquelots et de Cazaux.
  • Le développement, sous maîtrise communale, de locaux commerciaux type par exemple (liste non exhaustive) restauration bio et/ou végétarienne, artisanat, produits locaux,  vêtements de seconde main et produits recyclés, de bars à thèmes, …
  • Enfin, pour favoriser l’offre locative et augmenter la part des résidences principales, nous souhaitons taxer les résidences secondaires et inciter ainsi les propriétaires à louer ou vendre leurs biens inoccupés.

J’insiste sur le fait que, dans le cadre de la nouvelle gouvernance souhaitée et présentée par Valentin Deiss, tous les projets cités ici seront discutés et amendés avec les habitants et les associations concernés dans le cadre des commissions extra-municipales.

 

LA MAIRIE, VITRINE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE DE LA VILLE

Faire de La Teste une ville en transition écologique nécessite une évolution des pratiques qui concerne chacun d’entre nous. Nous sommes conscients que c’est un effort qu’il convient d’expliquer, d’aider, accompagner.

La mairie elle-même, doit être une vitrine de cette transition par la mise en œuvre de nouvelles pratiques professionnelles respectueuses de l’environnement. Elle concernera tous les services, administratifs, techniques, culturels, sociaux, scolaires, restauration. Et pour réussir nous souhaitons que les agents soient acteurs et partie prenante de ces transformations.

Mais nous savons qu’un nombre non négligeable d’agents territoriaux sont en souffrance : l’explosion des arrêts maladie en sont la preuve. C’est le résultat d’un management descendant et sans considération pour des agents dont la mission est d’offrir aux testerines et testerins un service public de qualité.

Pour agir, divers outils ou actions vont être mis en place:

  • développer le service civique au sein des services de la commune; les jeunes de 16 à 25 ans pourront pendant leurs 6 à 12 mois de leur service pourront aider les habitants dans la découverte et la mise en œuvre de solutions nouvelles favorisant et protégeant l’environnement. Il pourrait par exemple parfaitement trouver leur place dans la ferme municipale citée par Alice.
  • Mettre en œuvre une nouvelle méthode de management participatifqui permet à chacun d’exprimer ses idées et de prendre en compte les compétences de tous. La nouvelle gouvernance citée plus haut au niveau de la ville a vocation à s’appliquer également au sein de la Mairie.
  • Un véritable plan de formation, obligatoire depuis 1984, sera élaboré en collaboration avec les partenaires sociaux. Il mettra en avant deux axes prioritaires forts de la politique municipale :
    • Favoriser l’intelligence collective en mettant en œuvre des méthodes projets et le management participatif
    • Mettre en œuvre des pratiques professionnelles nouvelles respectueuses et protectrices de l’environnement.

Ce plan de formation sera élaboré en collaboration avec l‘organisme de formation des territoriaux, le CNFPT. Un budget formation spécifique sera inscrit au budget communal. Nous suggérons que le suivi des actions de formation relevant de ces axes soit valorisé dans la cadre de l’évolution de la carrière de l’agent et inscrit dans le règlement de formation soumis aux partenaires sociaux.

Les actions entreprises seront régulièrement communiquées et explicitées aux habitants grâce à un plan de communication destiné à rendre visible et à valoriser les actions entreprises au sein de la mairie.

 

Je vous remercie de votre attention.

8 - Françoise DUMORA